Abstract

Pods and lenses of leucoamphibolite a few meters in maximum dimension contain quartz (Qtz) – plagioclase (Pl) – hornblende (Hbl) – garnet (Grt) – epidote (Ep), with or without biotite (Bt). They occur within Late Precambrian clastic metasedimentary rocks of the Esplanade Range of southeastern British Columbia, and range in metamorphic grade from upper biotite zone to kyanite (Ky) zone (defined in pelitic rocks). Mineral equilibria using the database of Berman provide estimates of metamorphic pressure (P), temperature (T), and fluid compositions. These estimates can be compared to those from coexisting pelitic rocks to provide a check on consistency. Grt–Bt Mg–Fe exchange geothermometry suggests temperatures ranging from 530 to 580°C at 7 kbar. The lack of kyanite in leucoamphibolites suggests a maximum P of about 7–8 kbar. Pl–Qtz–Ep–Grt assemblages without calcite suggest H2O-rich fluid compositions [generally X(H2O) > 0.8]. For a(H2O) = 1.0, Grt–Ep–Pl–Qtz–H2O equilibria produce calculated temperatures near 565°C at 7 kbar. Although there is considerable overlap, estimates of P and T from the leucoamphibolites do not agree very well with estimates from nearby pelites. On the basis of natural occurrences, other investigators have suggested a miscibility gap and near-constant activity of anorthite over the range An40–90. Electron-microprobe spot analyses in our study indicate that plagioclase compositions near ~An40 and ~An90 occur within single grains and within single samples. Other samples have compositions concentrated near either An40 or An90 or compositions with An≤40. These results are consistent with petrological studies reported by other researchers.

Abstract

Des lentilles de leucoamphibolite quartzifère mesurant quelques mètres en dimensions maximales contiennent l’assemblage quartz (Qtz) – plagioclase (Pl) – hornblende (Hbl) – grenat (Grt) – épidote (Ep), avec ou sans biotite (Bt). On les trouve dans une séquence de roches métasédimentaires tardi-précambriennes de la chaîne Esplanade, dans le sud–est de la Colombie-Britannique. Ces roches montrent un degré de métamorphisme allant de la zone à biotite supérieure à la zone à kyanite (Ky), définies dans les roches pélitiques. Les équilibres parmi les minéraux, étudiés avec la banque de données de Berman, mènent à une estimation de la pression (P), la température (T), et la composition de la phase fluide au cours du métamorphisme. On peut comparer ces estimés avec les valeurs dérivées des roches pélitiques coexistantes afin de vérifier la concordance interne des variables. La géothermométrie fondée sur l’échange Fe–Mg entre Grt et Bt indique un intervalle de températures allant de 530 à 580°C à 7 kbar. L’absence de kyanite dans les leucoamphibolites fait penser que la pression maximale était d’environ 7–8 kbar. Les assemblages à Pl–Qtz–Ep–Grt sans calcite indiquent une phase fluide riche en H2O [X(H2O) en général supérieur à 0.8]. Pour une valeur de a(H2O) égale à 1.0, l’équilibre Grt–Ep–Pl–Qtz–H2O mène à une température calculée près de 565°C à 7 kbar. Quoiqu’il y ait passablement de croisement, les estimations de P et de T faites à partir des leucoamphibolites ne concordent pas très bien avec celles dérivées des échantillons de pélite avoisinants. A la lumière des exemples naturels, d’autres chercheurs ont propose l’existence d’une lacune de miscibilité et une activité de l’anorthite presque constante sur l’intervalle An40–90. Les résultats de nos analyses à la microsonde électronique indiquent la présence de compositions près de An40 et de An90 à l’intérieur de cristaux et au sein d’un même échantillon. Dans d’autres échantillons, la composition du plagioclase est concentrée près de An40 ou An90, ou bien sa teneur en An est inférieure à 40%. Ces résultats concordent avec les études pétrologiques d’autres chercheurs.

You do not currently have access to this article.