Abstract

The structure of K5[(UO2)10O8(OH)9](H2O), Z = 4, monoclinic, space group Pn, a 13.179(2), b 20.895(4), c 13.431(3) Å, β 106.316(3)°, has been solved and refined to R = 7.8% and a goodness-of-fit of 0.82 for 4349 unique observed (Fo ≥ 4σF) reflections collected for a synthesized crystal using MoKα X-radiation and a CCD detector. The structure is dominated by previously unknown sheets of edge- and vertex-sharing uranyl polyhedra parallel to (100), with K cations and H2O groups in the interlayer. The sheets contain 20 symmetrically distinct U6+ cations, each of which is associated with an approximately linear (UO2)2+ uranyl ion (Ur), and is coordinated by four or five additional anions at the equatorial positions of square (2 polyhedra) and pentagonal (18 polyhedra) bipyramids, respectively. As is the case with other sheets of uranyl polyhedra, the anion topology of the sheet can be generated using a chain-stacking sequence; however, the sequence is unique and for the first time involves the occurrence of P chains flanked by U or D chains of opposite directional sense. This example serves to further demonstrate the structural complexity that is possible in sheets of uranyl polyhedra.

Abstract

Nous avons determiné et affiné la structure du composé K5[(UO2)10O8(OH)9](H2O), Z = 4, monoclinique, groupe spatial Pn, a 13.179(2), b 20.895(4), c 13.431(3) Å, β 106.316(3)°, jusqu’à un résidu R de 7.8% et une concordance de 0.82 en utilisant 4349 réflexions uniques observées (Fo ≥ 4σF) et prélevées sur cristal synthétique avec rayonnement MoKα et un détecteur de type CCD. La structure contient comme élément dominant des feuillets parallèles à (100), de géométrie jusque là inconnue, faits de polyèdres à uranyle partageant des arêtes et des coins, avec des cations K et des groupes H2O dans les interfeuillets. Ces feuillets contiennent vingt cations U6+ symétriquement distincts; chacun de ceux-ci est associé à l’ion (UO2)2+ (uranyle, Ur), à peu près linéaire, en coordinence avec quatre ou cinq anions additionnels aux positions équatoriales d’un agencement carré (deux polyèdres) et pentagonal (18 polyèdres), respectivement, et bipyramidal. Tout comme dans les autres feuillets contenant des polyèdres à uranyle, on peut expliquer la topologie des anions du feuillet par propagation d’un empilement de chaînes; la séquence observée est unique, et implique pour la première fois des chaînes P, que longent des chaînes allant dans le sens opposé, soit vers le haut (U) ou vers le bas (D). Ce schéma sert à démontrer la complexité structurale possible dans les feuillets contenant des polyèdres à uranyle.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.