Abstract

Sulfides may be analyzed for gold using Secondary Ion Mass Spectrometry (SIMS) and Synchrotron X-Ray Fluorescence (SXRF); we have compared the two methods with respect to instrumental requirements, time, analysis volume, and detection limits. A limitation in this comparison is the inhomogeneous distribution of Au within arsenopyrite, as demonstrated using SIMS imaging for samples from the São Bento deposit, Brazil. Analysis of the same grains of arsenopyrite produces good agreement between the two techniques; discrepancies are attributable to slight shifts in analysis locations between the two techniques or the different volumes being analyzed. Whereas SIMS has imaging capability and sub-ppm detection limits, quantitation is difficult. SXRF spectra are relatively simple, and quantitative analysis is not as matrix-dependent as with SIMS. The detection level for Au in arsenopyrite by SXRF is limited by the background from AsKα to about 50 ppm, but will be reduced to about 15 ppm using more intense synchrotron sources.

Abstract

On peut analyser les sulfures pour l’or en utilisant la spectrométrie de masse des ions secondaires (SIMS) et la fluorescence X sur synchrotron; nous avons comparé les deux méthodes par rapport aux exigeances instrumentales, à la durée des analyses, au volume analysé et au seuil de détection. La comparaison est limitée par la distribution hétérogène de l’or dans l’arsénopyrite, comme le démontre les images des échantillons choisis, du gisement de São Bento, au Brésil, obtenues par la méthode SIMS. Une analyse des mêmes grains d’arsénopyrite mène à une bonne concordance entre les résultats des deux techniques; les divergences seraient dues aux légers décalages dans les sites choisis pour les analyses d’une méthode à l’autre, ou bien aux différents volumes analysés. Quoique la technique SIMS possède comme atouts une capacité de produire des images et un seuil de détection inférieur au ppm, la quantification s’avère difficile. Par contre, les spectres SXRF sont relativement simples à obtenir, et une analyse quantitative dépend moins des effets de matrice qu’avec la technique SIMS. Le seuil de détection de l’or dans l’arsénopyrite par SXRF est limité à environ 50 ppm à cause du bruit de fond provenant du pic AsKα, mais on s’attend à une réduction jusqu’à environ 15 ppm avec l’utilisation de sources synchrotron plus intenses.

(Traduit par la Rédaction)

You do not currently have access to this article.